Des nouvelles du CA par vos élu•e•s

Les élu•e•s des listes « Démocratie et intérêt général au cœur de PSL » au conseil d’administration de PSL vous écrivent pour la seconde fois.

  • Le saviez-vous ? Le jury IDEX s’est réuni le 24 septembre dernier et rendra son avis début novembre.
  • Lors de la réunion du conseil en juillet, l’offre de formation de PSL a été présentée et un débat sur la loi de programmation de la recherche (LPR) a donné lieu à un échange instructif. Vous pouvez lire le compte-rendu ici.
  • Si vous avez loupé notre premier message, vous pouvez le lire .

Nous vous rappelons que nous rendons compte de notre action au sein du conseil principalement par le biais de la rédaction de comptes-rendus sur un blog mais aussi via un compte Tweeter ou bien encore en répondant à ce message (cgt@psl.eu).

En vous souhaitant une bonne journée,

Les élu•es des listes « Démocratie et intérêt général au cœur de PSL »

Rappel : De part l’affiliation d’une partie des élu•e•s à une organisation syndicale représentative, nous avons un droit de communication à l’ensemble des personnels des établissements qui composent l’université PSL. Nous utilisons ce droit de la manière la plus parcimonieuse possible.

Le jury IDEX a eu lieu

Le 24 septembre dernier, le jury international devant statuer sur l’avenir de l’Université PSL s’est réuni. Nous avons appris «   par la bande » que le résultat serait connu début novembre.

Rappelons qu’en 2016, le jury chargé de l’évaluation et du suivi des investissements d’avenir avait rendu une décision critique sur PSL. Il lui reconnaissait « une grande qualité de recherche et de formation », mais « des insuffisances dans les synergies visant à créer une université intégrée, et dans la mise en commun des ressources humaines ». Par conséquent, il donnait un délai supplémentaire de 18 mois à PSL pour pallier ces faiblesses.

En 2018, Alain Fuchs se félicitait que « l’IDEX PSL touche au but », le Premier ministre ayant décidé de confirmer l’attribution du label IDEX.

Nous tenons aussi ici à souligner qu’en dépit du ton confiant de la déclaration de la présidence en 2018, l’inquiétude de l’équipe dirigeante de ne pas voir obtenir un avis favorable était grande durant l’année écoulée. Cette inquiétude, qu’elle soit feinte ou non, a par exemple servie à justifier la pression mises sur les élu·e·s lors du vote en faveur d’Alain Fuchs, car une adhésion trop faible du collège des élu·e·s « aurait pu mettre en péril le projet ».

Crédit : site de l’université PSL

Nous trouvons aberrant que le jury, avant de statuer sur le futur de PSL, n’ait pas pris contact avec les élu·e·s du conseil d’administration. Une fois de plus, les représentant·e·s élu·e·s de la communauté scientifique des établissements sont méprisé·e·s, et une fois de plus le caractère technocratique et antidémocratique de PSL apparaît clairement. Nous sommes scandalisé·e·s par cet attitude. Nous espérons avoir plus de précisions à l’occasion du conseil d’administration qui se tiendra le 15 octobre prochain pour pouvoir, a minima, informer les collègues dépossédés par cette superstructure PSL.

CA du 09/07 : offre de formation et LP(P)R

Le conseil d’administration de PSL s’est réuni le 9 juillet pendant plus de 3h30 en visio-conférence. L’ordre du jour était comme toujours fourni et le nombre et la taille des documents à examiner un peu décourageant·e.

En introduction, Alain Fuchs nous informe que l’université PSL est maintenant présente dans un certain nombre de classements internationaux et que « cela est satisfaisant ». Si M. Fuchs s’est montré à d’autre moment mesuré sur la question du rôle à donner aux indicateurs quantifiés dans le pilotage de l’enseignement supérieur, cet élément de satisfaction souligne toutefois que, à ses yeux, les classements constituent de bons indicateurs de la valeur du travail produit au sein de notre communauté, ce que nous réfutons catégoriquement.

L’échange sur la LP(P)R

Même si l’échange sur la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), rebaptisée depuis loi de programmation de la recherche, n’a eu lieu qu’en fin de séance, il constitue à nos yeux le point le plus important de l’ordre du jour de ce conseil d’administration. C’est la raison pour laquelle nous en rendons compte en début de ce (trop ?) long compte-rendu. Comme cet échange fait suite à la demande de débat sur la loi que nous avions adressé à la présidence, Alain Fuchs nous propose de nous exprimer en premier.

Notre intervention

Nous rappelons tout d’abord que le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR désormais LPR) s’inscrit dans une série de réformes de l’Enseignement Supérieur et la Recherche français, initiée il y a plus de 20 ans au niveau européen (notamment au travers du processus de Bologne).

L’avis du Comité d’Éthique du CNRS sur la LPR est à lire en ligne (le lien est plus bas).

Ce projet de loi propose la création de chaires de professeurs juniors de 3 à 6 ans, à rebours des attentes de la communauté scientifique qui réclame depuis des années des postes permanents. Est également proposée la création de CDI de mission, inspirés des dispositifs de contrats de chantier, qui permettraient de recruter un·e chercheur·se sur la durée d’un projet de recherche. Ces contrats dérégulés continueraient de détériorer les conditions de travail de notre communauté avec des statuts toujours plus précaires. Le texte prévoit également la mise en place d’un régime indemnitaire à la main du président, contribuant à accroître les inégalités et à favoriser la compétition plutôt que la coopération. Enfin, une hausse significative des financements sur projet au détriment de crédits récurrents est prévue, à rebours encore une fois des demandes récurrentes et quasi-unanime de notre communauté. Ainsi, si effort financier il y a (ce qui reste à prouver), celui-ci sera absorbé par le financement sur projet et la niche fiscale qu’est le crédit impôt recherche.

Pour illustrer les positions de notre communauté évoquées plus haut, on peut lire avec intérêt le communiqué du comité d’éthique du CNRS ; voir aussi l’avis du Conseil économique, social et environnemental.

L’avis du CESE sur le projet de loi LPR est à lire en ligne (voir lien ci-dessus)

La réaction des établissements-composantes

Il y a eu ensuite un grand nombre d’interventions, notamment des chef·fe·s d’établissements-composantes et d’établissements associés. La présidence a fini par des éléments de synthèse et de conclusion.

Même si chacun·e a pu apporter un éclairage propre à sa sensibilité ou la position de son établissement et même si toutes et tous se félicitent d’un tel projet de loi, une ligne commune nous a semblé se dégager dans la réaction des différents membres du directoire. De l’avis de la grande majorité, l’effort financier annoncé par le gouvernement n’est pas à la hauteur de l’enjeu, et/ou la « montée en puissance » bien trop lente. Pour mémoire, l’essentiel des 25 milliards annoncés sont promis à partir de l’année 2023 ! C’est ainsi 400 millions pour les deux premières années qui sont annoncés, assurant à peine un budget stable pour la fin du quinquennat. D’autres regrettent que la question des crédits récurrents ne soit pas traitée, ou apprécient différemment la promesse d’une revalorisation des débuts de carrière. Sans entrer plus dans les détails des réactions des uns et des autres, on peut dire que les interventions ne dégageaient pas un grand enthousiasme pour ce projet de loi.

Après nous avoir proposé d’intervenir une seconde fois, ce que nous avons fait rapidement, Alain Fuchs a conclu en indiquant qu’il partageait pour l’essentiel l’avis de l’académie des sciences sur ce projet de loi. Cet avis contient notamment de sévères critiques sur l’enveloppe budgétaire promise et sur l’échéancier proposé, indique-t-il, soulignant ainsi sa convergence avec la ligne commune des directions d’établissements-composantes.

L’offre de formation de PSL

Un document de plus de 350 pages présentant l’« offre de formation » avait été envoyé aux administrateurs et aux administratrices une dizaine de jours avant la réunion.

Vote : à la majorité (5 abstentions, 0 contre)

Nous nous sommes abstenu·e·s lors du vote car cette offre de formation présente notamment un certain nombre de diplômes d’établissement. Ces derniers permettent aux établissements de s’écarter de la norme nationale (représentée par les diplômes nationaux), notamment en termes de droits d’inscription. Cette possibilité est la porte ouverte (de longue date) à la création d’un enseignement supérieur à deux vitesses, dynamique contre laquelle nous continuons de nous battre.

Chartes

Une charte de science ouverte, qui reprend essentiellement des grands principes apparaissant dans la loi numérique (à préciser). Nous n’avions aucune raison de voter contre même si cette charte est essentiellement creuse.

Concernant la charte pour la recherche, nous avons voté contre en raison de l’esprit de la recherche que celle-ci véhicule, en inscrivant notamment dans le texte le principe d’un suivi quantitatif ayant pour fonction d’évaluer la réussite de la politique de la recherche de l’université PSL. Parmi les indicateurs retenus figurent le nombre de bourses ERC obtenues ou encore la liste des prix nationaux distinctifs. Ils doivent également refléter « les caractéristiques essentielles de la recherche à PSL » comme « le volume de ces contrats de recherche [ceux financés par l’industrie], la part que ces financements représentent dans celui des établissements, ainsi que le nombre de doctorants et post-doctorants cofinancés par les entreprises ». On est ici loin des conditions indispensables à la production d’une recherche publique indépendante dans laquelle le jugement par les pairs serait central.


Sur la charte de formation, nous nous sommes abstenus, principalement parce que nous n’avions pas eu le temps de nous construire un avis en amont du CA, la masse de documents étant trop importante.

Nous devions enfin nous prononcer sur le plan d’actions HRS4R (= Human Ressources Strategy for Researchers), qui contient notamment les chartes recherche et formation. Nous avons donc logiquement voté contre.

Nous nous sommes enfin prononcés sur la charte de recrutement des enseignants-chercheurs, enseignantes-chercheuses, chercheurs, chercheuses, enseignants, enseignantes. En dépit du titre de la charte, force est de constater que l’ensemble des documents élaborés par la direction de PSL et votés et discutés lors des conseils ne sont pas rédigés suivant les règles de l’écriture inclusive. Quoi qu’il en soit, nous avons proposé d’inclure dans cette charte la notion de collégialité. Notre proposition a été acceptée. Nous avons donc logiquement voté pour.

Tableaux pluriannuels de recrutement académique

Ces tableaux sont destinés à avoir une vision globale des emplois académiques dont dispose PSL et de leur évolution dans les 2 ou 3 années à venir. Cela permet par exemple de se rendre compte qu’un grand nombre de postes relèvent des sciences dites dures, fait remarquer Laurent Batsch. Un échange a lieu avec la présidence dont il ressort que ces tableaux constituent avant tout un outil de prospection et doivent aider à définir une politique de l’emploi scientifique. Cela semble tout à fait raisonnable et nous avons donc voté pour. Nous avons tout de même demandé si les futurs chaires de professeurs juniors (CPJ) dont la création est prévue par la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). On nous a répondu que puisque ce n’était pour l’instant qu’un projet de loi (ce qui était le cas en juillet), la question n’était pas d’actualités. Dont acte.

Désignations

Les 3 points délibératifs suivants de l’ordre du jour concernaient des désignations.

  • Désignation des membres de la commission déontologie : nous avons voté pour au vu du travail déjà effectué.
  • Désignation du référent intégrité scientifique : nous nous sommes abstenu·e·s par manque de travail sur ce document.
  • Désignation supplémentaire de membres au Comité d’Orientation Stratégique : 7 abstentions.

Explication de vote sur le dernier point : lors de la réunion préparatoire du conseil d’administration, qui s’est tenu le mardi 7 juillet, Denis Rousset s’est étonné que seul l’un des deux noms transmis par le collège 2 des élu·e·s apparaisse sur le document soumis au vote. Alain Fuchs a répondu en substance que les élu·e·s pouvaient s’estimer heureux que l’un des noms ait été retenu et propose de le retirer si les élu·e·s le souhaitent. Rien ne justifiait cette provocation ou cette réaction d’humeur à l’encontre d’un élu qui prend le plus grand soin à toujours rendre hommage au travail des équipes de PSL et met un point d’honneur à chercher un point de compromis constructif. Pour cette raison, et parce que l’un des noms proposés par le collège 2 avait été retenu, nous nous sommes abstenu·e·s.

La marque PSL et Henri IV

Nous aimerions enfin expliquer nos votes sur deux autres points de l’ordre du jour. Le premier concerne la charte de l’utilisation de la marque PSL. Nous avons passé une bonne dizaine de minutes à discuter entre autres joyeusetés si l’on pouvait faire de l’argent avec la marque PSL. Ces débats oiseux nous renvoient encore une fois à la nouvelle gestion publique et la notion de marchandisation de l’enseignement supérieur prend alors tout son sens. Nous avons donc logiquement voté contre cette charte.

Tour Clovis du Lycée Henri IV

Nous avons aussi voté contre la convention de partenariat avec le lycée Henri IV. Pour mémoire, l’organisation du CPES est calqué sur le programme de cordée de la réussite ou autre programme de type égalité des chances sensé aider les classes populaires à accéder à l’enseignement supérieur. Les responsables du CPES claironnent que 60% des élèves sont boursiers. Ce type de programmes n’est que l’arbre qui cache la forêt : leurs effets sont nuls sur l’accès des plus pauvres aux formations sélectives par exemple (voir aussi notre intervention à propos de l’égalité des chances lors du précédent conseil).

Premier message de vos élu•e•s au CA de l’université PSL

Les élu•e•s des listes « Démocratie et intérêt général au cœur de PSL » au conseil d’administration de l’université PSL ont le plaisir de vous écrire pour la première fois depuis leur élection de janvier dernier ! Pour rappel, nos listes ont remporté 5 des 12 sièges destinés aux personnel.le.s de tout statut (3 sièges sont réservés aux représentant.e.s des étudiant.e.s) au sein du CA de PSL.

De part l’affiliation à une organisation syndicale représentative d’une partie des élu•e•s, nous avons un droit de communication à l’ensemble des personnels des établissements qui composent l’université PSL. Nous utiliserons ce droit de la manière la plus parcimonieuse possible en essayant de rendre compte des débats qu’il peut y avoir entre collèges ou au sein même du collège des élu•e•s.

Il nous semble important d’effectuer un minimum de communication autour des décisions qui se prennent au CA de PSL tant cette instance semble lointaine à beaucoup et tant les outils pour s’informer et s’organiser collectivement manquent à cette échelle. Pour organiser au mieux cette communication, nous avons mis en place un compte Tweeter ainsi qu’un blog. Vous retrouverez d’ores et déjà sur ce dernier les 3 comptes-rendus des conseils administrations passés qui avaient pour sujets principaux :

Comme toute communication, ces billets de blog sont partiels et partiaux. Nous les espérons toutefois assez riches pour vous permettre de vous rendre compte des décisions prises et des enjeux qui traversent l’ensemble de nos établissements.

En vous souhaitant une bonne journée.

Les élu•es des listes « Démocratie et intérêt général au cœur de PSL »

CA du 28/05: rémunération du président, orientation budgétaire et licence BNP

Le conseil d’administration de PSL s’est réuni le 28 mai en séance plénière. L’ordre du jour comportait notamment l’examen de la lettre d’orientation budgétaire, le vote de la rémunération du président et des vice-président·e·s et un point d’information sur le diplôme d’établissement intitulé « Sciences pour un monde durable ». Les autres points seront plus rapidement évoqués en fin d’article.

Discussion générale sur la crise sanitaire

Le CA s’est ouvert sur une discussion générale à propos de la gestion de la crise sanitaire par les établissements-composantes de l’université PSL, notamment l’ENS, de Paris-Dauphine, de l’institut Curie, etc.

Ces informations, bien que faites par les décideurs et décideuses de ces établissements, et donc très peu critiques de leur choix et politiques, ont été instructives.

Nous sommes principalement intervenu·e·s pour discuter de la place dévolue aux « premier·e·s de corvée » des établissements, à savoir, principalement les collègues du ménage et de la sécurité. Nous avons insisté sur le fait que cette crise a visibilisé ces emplois fondamentaux, que malheureusement ces salarié·e·s sont souvent mal payé·e·s, en première ligne, moins protégé·e·s par leurs statuts, parfois maltraité·e·s par les employeurs (comme à Dauphine), habitent souvent loin de leur lieux de travail, et doivent faire de longs trajets en transport en commun. Ce point a lancé une discussion intéressante et nous avons eu un appui partiel d’autres élu·e·s.

Notre principale demande a été de proposer que l’établissement PSL engage un processus de réinternalisation de ses services essentiels (notamment ménage et sécurité) et lance une vaste campagne pour qu’il en soit fait de même dans dans les établissements-composantes de PSL. Dossier à suivre.

Lettre d’orientation budgétaire

À quoi sert-elle ?

Le vote de la lettre d’orientation budgétaire (LOB) et le débat associé étaient au cœur du second conseil de la mandature. Ce texte fixe en effet l’orientation budgétaire non seulement de l’université PSL mais aussi des établissements qui la composent. En effet, les budgets qui seront votés par les conseils de ces institutions devront être en adéquation avec la lettre d’orientation budgétaire de PSL. Si ce n’est pas le cas, le président de PSL peut utiliser un droit de veto, obligeant les conseils concernés à revoir leur copie.

Qu’en penser ?

Cédric Prunier, directeur général des services, fait une présentation succincte de la lettre dans une version déjà approuvée par le directoire (sic).

Malgré un texte difficile à lire, qui traite aussi bien de points très locaux que de grands principes, celui-ci présente une orientation pour PSL qui nous semble, à nous élu·e·s des listes « démocratie au cœur de PSL », aller dans la mauvaise direction, et ce pour plusieurs raisons.

D’abord elle acte le droit de veto du président de PSL sur le budget des établissements composantes, droit de veto qui, pour rappel, peut s’exercer dans trois cas : « si le budget de l’établissement-composante (a) contredit les orientations générales de la LOB ; (b) compromet la réalisation d’une opération commune ; (c) présente un défaut de soutenabilité susceptible de mettre l’Université PSL en danger. » (LOB 2021).

Elle affirme ensuite la volonté de développer des ressources propres issues du mécénat ou de la formation continue, ou de la multiplication de l’activité de Summer Schools dans une visée budgétaire affichée. L’objectif à trois ans est de parvenir à un « chiffre d’affaire d’un million d’euros sur ces nouveaux diplômes qui viendront alimenter le modèle économique de l’innovation » (LOB 2021). Les investissements immobiliers en cours laissent présager une montée en puissance des activités de PSL EP ce qui laisse également présager un rapport de force mouvant au désavantage des établissements comme le laisse craindre le développement des Programmes Gradués dont l’articulation avec les instances collégiales des établissements membres est loin d’être claire.

La LOB fait également largement mention de la pédagogie numérique comme d’une « innovation », l’objectif étant de développer des « modèles types d’enseignement à distance » grâce au « centre d’excellence pédagogique » porté par l’Université Paris-Dauphine pour le compte de PSL. Derrière des « modèles types », on peut ainsi craindre une forme de standardisation des pratiques pédagogiques et des modes de diffusion des savoirs ce qui ne sera pas sans conséquence sur le contenu du métier d’ enseignant·e·s-chercheur·se·s.

Pour ces différentes raisons, nous avons décidé de voter contre.

Le vote : 32 pour, 1 abstention, 5 contre

Rémunération du président et des vice-président·e·s

Ont également été votées au cours de ce conseil les rémunérations du président et des vice-président·e·s. L’enjeu est bien sûr financier, notamment pour celles et ceux qui occupent ces fonctions, mais aussi hautement symbolique. Il est notable que les critiques n’ont pas uniquement été portées par vos 5 élu·e·s syndicaux.

Comme nous le pensons aussi, plusieurs autres élu·e·s ont notamment trouvé que les sommes (161 000 euros bruts par an pour le président, et au maximum 126 000 euros pour les vice-président·e·s) des rémunérations étaient trop élevées. Avec d’autres élu·e·s et d’autres membres du CA, nous nous sommes étonné·e·s du fait que les rémunérations sont en dehors de toute grille de la fonction publique. Elles sont déconnectées de la vie quotidienne des membres de notre communauté.

Le seul argument que le directoire nous a opposé, c’est qu’Alain Fuchs a été reconduit à la suite d’un précédent mandat à la tête de PSL et qu’il ne serait pas correct de baisser son salaire.

Une discussion s’est aussi engagée sur le comité des rémunérations, instance qui a réfléchi à une évolution de ces rémunérations. Cette instance est composée de trois membres du CA, qui sont tous de rang A. Il a été proposé par un élu de modifier le règlement intérieur pour inclure un·e élu·e des listes BIATSS et assimilé·e·s. Nous ne pouvons qu’appuyer ce type de proposition.

Si les objections étaient justes, cela n’a malheureusement pas conduit les membres du CA réticent·e·s à voter contre.

Le vote : 25 pour, 8 abstentions, 5 contre

Pour ce vote, il a été demandé par les élu·e·s un vote à bulletin secret, via l’envoi d’un mail au représentant du rectorat.

Charte égalité et diversité

Une charte concernant l’égalité femmes/hommes, les diversités et l’« égalité des chances » a été soumise à l’approbation du conseil. Nous sommes intervenu·e·s pour signaler que même si cette charte allait dans le bon sens, elle ne proposait pas suffisamment de choses concrètes. Nous sommes vigilant·e·s sur ces thèmes afin que la direction ne se cache pas derrière de grands principes, mais aide à la mise en place effective d’outils pour lutter contre les inégalités sociales, le sexisme, le racisme et toute forme d’oppression en général.

Cette charte ne proposait que la mise en place d’un groupe de travail PSL, ce dernier devant ensuite proposer un plan d’action. Elle proposait aussi de s’appuyer sur ce qui est fait dans les établissements, mais sans faire état d’aucune mesure concrète.

Nous avons proposé de reporter le vote au jour où nous aurons une proposition de plan d’action. Nous avons aussi proposé la mise en place de choses pratiques comme :

  • l’écriture inclusive dans les documents issus de PSL ;
  • le recensement écrit des mesures déjà mises en œuvre comme les campagnes d’affichage de l’université Paris-Dauphine, ou les comités parité dans les laboratoires sous l’impulsion du CNRS.

Enfin, nous nous sommes opposé·e·s à l’utilisation de l’expression « égalité des chances » dont nous avons demandé le retrait du texte de la charte. Cette expression fallacieuse gomme la réalité des inégalités sociales qu’il s’agit de combattre et tend à faire passer les quelques aides que peuvent recevoir les étudiant·e·s issus de milieux défavorisés comme suffisantes pour assurer une égalité entre les étudiant·e·s, ce qui est très loin d’être le cas malgré les efforts faits en ce sens. L’introduction de la notion de « chance » rend finalement chacun·e responsable individuellement de son succès ou de son échec, à la manière d’un·e auto-entrepreneur·se : celles et ceux qui ne réussissent pas n’ont tout simplement pas su profiter de leur chance, cela n’a rien à voir avec la nécessité de mener de front études et « petits boulots » par exemple.

Finalement, Alain Fuchs a proposé de repousser à un CA ultérieur l’examen de la charte qui devra comporter le plan d’action sus-cité.

« Licence » Sciences pour un monde durable

L’enjeu

La direction de PSL a porté l’an dernier le projet de création d’un diplôme d’établissement intitulé Impact positif et intégralement financé par la banque BNP Paribas (voir cette page). Ce projet avait été très critiqué en raison notamment de la participation de cette banque au financement d’ énergie d’origine fossile, principale cause du réchauffement climatique. Le mécénat a été considéré comme une opération de green-washing de la part de la BNP, d’autant plus qu’il était assorti d’une clause de non-dénigrement protégeant l’image du mécène.

Le nouveau projet porté par la présidence s’intitule désormais Sciences pour un monde durable et nous avions demandé à ce qu’un point d’information à ce sujet soit ajouté à l’ordre du jour. Nous avions également demandé à avoir accès à la convention signée entre BNP Paribas et la Fondation de coopération scientifique (FCS), ce qui nous a été refusé au motif que nous ne sommes pas administrateur·rice·s de cette dernière instance.

Comme le montre la LOB discutée plus haut, ce diplôme est pourtant au cœur de la construction de l’université PSL, qu’il s’agisse de son offre de formation, du développement de ses ressources propres ou de ses projets immobiliers. Nous avons donc fait remarquer qu’il était particulièrement regrettable que le CA n’ait pas un contrôle plus important sur les activités de la Fondation.

La présentation

Isabelle Catto, vice-présidente licence et affaires académiques, présente le diplôme. La formation est « centrée sur le développement durable au sens large (sciences de la nature mais aussi sciences humaines et sociales) et une part importante est consacrée à des projets interdisciplinaires. Cette formation se veut résolument internationale (enseignement en anglais, summer schools, universités partenaires etc.). Le volume horaire de la formation est conséquent et calqué sur celui du CPES. La sélection des 30 étudiants doit permettre d’atteindre au moins 50% de femmes et 25% de boursiers et assurer une diversité d’origine géographique. Le comité de sélection a reçu 450 dossiers complets. »

Les questions que nous avons posées

La première question que nous avons posée est la suivante : Y a-t-il d’autres mécènes aujourd’hui et si oui, à hauteur de quels montants ? Isabelle Catto indique qu’Engie et Foncia se sont aussi engagés, ainsi que l’Ademe en tant que mécène de compétences. Alain Fuchs indique qu’il refuse de communiquer les montants, respectant ainsi le souhait des mécènes. Il affirme aussi que le retrait de l’un des mécènes ne mettrait pas en danger le projet. Quand nous demandons ensuite des précisions sur l’ancienne clause de non-dénigrement rebaptisée depuis clause de respect de l’image, Alain Fuchs perd son calme et nous accuse de ne pas nous intéresser au projet pédagogique, de nous focaliser sur la question des mécènes. Nous poursuivons en demandant des précisions sur les enseignant·e·s éventuellement déjà impliqué·e·s dans la formation et leur rémunération. Cela devrait rentrer dans le cadre de leurs services statutaires mais un recours à des vacations sera nécessaire. Enfin nous demandons des précisions sur la manière dont seront attribuées les bourses et quel sera leur montant. L’objectif est de doubler la bourse du CROUS et on nous a promis plus d’informations sur le comité qui les attribuera quand celui-ci sera constitué.

La réaction des autres élu·e·s

Philippe Mayol, personnalité qualifiée et directeur général de la fondation Terre solidaire, s’étonne du choix de la banque qui figure au huitième rang des banques mauvaises élèves en termes de financement des industries polluantes. Il souligne que l’implication de la BNP dans une formation de développement durable pourrait à terme gravement nuire à l’image de l’Université PSL. Il ne faut pas oublier, ajoute-il, le souci de cohérence des jeunes générations qui nous oblige à être particulièrement irréprochable. La réaction de la présidence de PSL à cette intervention fut particulièrement virulente. Le travail de veille de la société civile sur l’agissement des grandes multinationales, notamment financières, a été disqualifié d’un revers de main. Les ONG n’auraient rien compris nous a-t-il été souligné. Si la BNP investit encore dans l’industrie polluante, c’est qu’elle s’est engagée sur des investissements pluri-annuels. Cette défense sans concession de la BNP est une illustration claire de la manière dont les responsables de nos établissements pensent la résolution des problèmes environnementaux. Il ne faut toutefois pas oublier que nous savons depuis longtemps que « la maison brûle ». Cela ne fait pas 10 ni même 20 ans, mais a minima depuis les années 1970 que les alertes écologiques sont systématiquement mises sous le tapis par les gouvernements et les pouvoirs économiques (voir à ce propos l’apport de nos collègues historien.ne.s). Et pourtant la BNP-Parisbas était la première banque française (la huitième à l’échelle internationale) en termes de financement des industries participant fortement au changement climatique dans les années 2000. Et elle confirme depuis ce positionnement stratégique en finançant la construction de méga-projets de centrales au charbon au Chili et en Inde, sans parler du fameux projet Datteln 4 en Allemagne qui devrait être mis en service prochainement. Volker Quaschning, professeur de systèmes d’énergies renouvelables à l’école supérieure HTW de Berlin le rappelle dans un article du Monde : « Une centrale électrique doit fonctionner pendant au moins trente ans pour être économiquement rentable ».

Bref, la Fondation PSL pouvait difficilement trouver pire soutien pour un diplôme mettant au cœur de ses ambitions une volonté louable de proposer une réponse, par la formation, aux enjeux climatiques de notre temps.

Les autres points à l’ordre du jour

Outre l’approbation du compte rendu officiel de la séance précédente et un point sur la mobilisation des établissements face au COVID, l’ordre du jour comportait également les points suivants :

  • Désignation des personnalités du Conseil d’Orientation Stratégique. Ce conseil a vocation à évaluer le travail accompli par PSL. Est ici recherché l’avis de chercheur·se·s avec un « rayonnement international » et ayant eu des responsabilités à la tête d’établissements de recherche. L’idée est de fournir à PSL une évaluation du travail institutionnel accompli en amont du jugement du jury de l’IDEX.
  • Désignation des membres de la Commission de déontologie. Cette commission doit veiller à la déontologie dans PSL, notamment aux cas de conflits d’intérêt, en particulier pour ce qui est des interactions avec le privé. Le collège 2, celui des élu·e·s, doit proposer une personne. Nous, élu·e·s des différentes listes, n’avons pas pu préparer assez en amont ce choix, et nous avons donc indiqué que nous proposerons quelqu’un·e au prochain CA.
  • Communication syndicale. Une charte d’utilisation pour la communication syndicale à l’ensemble des personnels relevant de PSL a été votée, ce qui devrait nous permettre de communiquer sous peu avec l’ensemble de la communauté PSL.
  • Conventions régissant certains diplômes nationaux.
  • Convention de versement des crédits attribués au BDE CPES.

Enfin, quelques points d’information ont complété cet ordre du jour chargé, notamment un point concernant le report des élections au sénat académique, l’adoption de la charte Science ouverte, la mise en place d’un portail HAL pour PSL et la candidature à l’appel à projets SFRI.

CA du 27/02: le président de PSL élu avec moins des 2/3 des voix des élu•es

La seconde réunion du conseil d’administration de l’université PSL s’est tenue le jeudi 27 février. Elle était essentiellement consacrée à l’élection du président.

Alain Fuchs a officiellement été élu avec 85 % suffrages. Dans le détail, il a obtenu moins des 2/3 des voix des élu•es.

C’était la première séance du conseil à laquelle assistaient les personnalités qualifiées élues le 6 février dernier (voir le compte-rendu ici).

Dans son ensemble, l’élection s’est déroulée en suivant la procédure inscrite dans le règlement intérieur de PSL. Un « Comité de recherche » a été formé et la publicité de cette élection a été faite sur le site de PSL dans les temps impartis. Force est toutefois de constater que les organisateurs et organisatrices de ce scrutin n’ont pas cherché à faire de cette élection un moment de structuration de la communauté PSL. L’appel à candidatures aurait tout à fait pu être diffusé à l’ensemble des personnel•les des établissement membres par exemple puisque les membres de ces établissements ne s’empressent évidemment pas d’aller sur le site de PSL pour découvrir les dernières actualités. Le « Comité de recherche » aurait pu être à l’origine de cette publicité. Mais ce comité n’a pas été très « pro-actif », pour reprendre l’expression de son président, Claude Catala, en réponse à nos interrogations sur le petit nombre de candidat•es et sur le profil de celui qui a été retenu. Et finalement, il est tout à fait étrange que la candidature de M. Fuchs – et le texte de 15 pages qui l’accompagnait sur lequel était inscrit « document strictement confidentiel » – n’aient pas été diffusée à l’ensemble de la communauté même si les électeurs et électrices se résumaient aux membres du CA. A minima, cette candidature aurait pu être diffusée a posteriori, en même temps que les résultats des élections. Cela n’a pas été fait. Voici quelques signes tangibles de la distance avec laquelle les décisions se prennent dans cette instance qui va progressivement régir une partie croissante de notre activité professionnelle, et cela grâce au soutien des président•es d’établissement membres. Technocratie vs démocratie professionnelle : cette opposition est bien en marche et ce n’est qu’un début.

Nous avons profité de ces élections pour interpeller les membres du « Comité de recherche » sur le profil retenu, celui-ci s’écartant largement de l’université telle que nous la concevons. Alain Fuchs est en effet un acteur important des transformations que subissent notre communauté, notamment en tant qu’ancien président du CNRS, ces liens avec la Curif, et son appui au projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche. À l’heure où ces sujets secouent notre communauté, « le comité de recherche » – et le directoire dont il est évidemment le porte-parole – n’a pas voulu élargir le champ de la recherche pour trouver une personne plus consensuelle.

Suite à ces premiers échanges entre élu•es et membres du directoire, Alain Fuchs a présenté en personne les raisons de sa candidature sur la base d’un texte programmatique – dont nous ne pouvons pas vous rendre compte puisqu’il est confidentiel ! – mis à disposition, en amont, de l’ensemble des membres du CA.

Denis Rousset, un élu du sous-collège 1 de la liste, est intervenu pour interroger l’impétrant sur la rémunération de la présidence et des vice-président•es. Un extrait de la profession de foi de la liste « Pour une université PSL fédératrice » rend compte de l’intervention en séance de sa tête de liste. « Le recrutement d’enseignants contractuels bénéficiant, comme le Président et les Vice-Présidents de PSL, de rémunérations fixées dans la « confidentialité » d’un « comité des rémunérations » limité à 3 personnes (selon le règlement intérieur provisoire, à modifier entre autres sur ce point), ouvre la possibilité d’un dévoiement des ressources budgétaires (…).» Comment ne pas s’interroger en effet et rappeler qu’il y a 20 ans, un•e président•e d’université assumait la tâche durant 4 ans et retournait ensuite à son métier d’Enseignante-Chercheurse.

Nous avons à notre tour interrogé Alain Fuchs sur sa candidature et l’avons interpellé sur son texte. Nous lui avons tout d’abord demandé ce qu’il appelait « fonctions support et de soutien » et ce qu’il pensait faire pour celles-ci. Sa réponse à Axelle Haddad a été pour le moins condescendante : il n’a pas compris que la question renvoyait surtout à son texte de candidature. Nous lui avons donc fait remarquer que les termes « administratifs », BIATSS, « conditions de travail », « précarité » n’apparaissaient pas dans son texte, que ce texte n’évoquait pas une seule fois l’ensemble de ces personnelles qui sont pourtant la force vive de la communauté PSL, et que celle-ci est en partie en souffrance, notamment à cause de la précarité. Nous avons aussi relevé que le mot collégialité n’apparaissait pas plus, à l’inverse du mot « gouvernance », et de l’ensemble du vocabulaire de la nouvelle gestion publique.

Les détails du vote : il y avait 36 votantes réparties comme suit : 14 du directoire, 14 élues et 8 personnalités qualifié•es. Il y a eu 5 votes contre, 3 abstentions et 28 voix pour.

Élection au Conseil d’administration de PSL

Après avoir fonctionné plusieurs années en tant que ComUe, PSL est désormais un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel expérimental qui rassemble onze établissements, travaille avec trois organismes de recherche, et compte environ 17 000 étudiant·es.

Le conseil d’administration de ce qui s’appelle donc maintenant l’université PSL est composé de 3 collèges. Le collège 1 est constitué de 14 représentant.e.s des établissements et du ou de la présidente. Le collège 2 est constitué de 15 élu.e.s des personnels. Le collège 3 est constitué 8 personnalités qualifiées.

Les élections des membres du collège 2 ont eu lieu les 22 et 23 janvier dernier. Grâce au soutien dont on ne pouvait imaginer l’ampleur, les listes « Démocratie et intérêt général au cœur de PSL » ont reporté 5 des 12 sièges destinés aux personnel.le.s de tout statut (3 sièges sont réservés aux représentant.e.s des étudiant.e.s). Nous sommes d’ailleurs les seul·e·s à avoir présenté des listes (partielles) dans les trois sous-collèges.

Voici l’ensemble des élu.e.s du collège 2 :

Sous-collège 1 : (rang A) – nombre de votants : 637 (dont 41 votes blancs).

  • Liste « Pour Réussir l’Université PSL » : 229 voix
    • Laurent BATSCH – Dauphine
    • Elisabeth MASSONI-CAUSSE – MINES ParisTech
  • Liste « Pour une université PSL fédératrice » : 186 voix
    • Denis ROUSSET – EPHE
    • Michela MALPANGOTTO – CNRS
  • Liste « Démocratie et intérêt général au cœur de PSL » : 135 voix
    • Cyril IMBERT – CNRS

Sous-collège 2 : (rang B) – Nombre de votants : 721 (dont 49 votes blancs).

  • Liste « Démocratie et intérêt général au cœur de PSL » : 262 voix
    • Samuel PINAUD – Dauphine
    • Frédérique FLECK – ENS
  •  Liste « Unis pour représenter la diversité de nos établissements » : 213 voix
    • Cécile FALCON – CNSAD
  • Liste « Ambitieuse et humaine » : 197 voix
    • Cédric DALMASSO – MINES ParisTech

Sous-collège 3 : (« autres personnels », sic) – nombre de votants : 1266 (dont 189 votes blancs).

  • Liste « Démocratie et intérêt général au cœur de PSL » : 540 voix
    • Maxime CHUPIN – CNRS
    • Axelle HADDAD – Collège de France
  • Liste « SNPTES » : 537 voix
    • Nathalie VIEIRA – Fondation PSL

Sous-collège 4 : (étudiant.es) – nombre de votants : 27 (grands électeurs)

  • Liste « Vers une identité PSL » : 12 voix
    • Germain L’HOSTIS – ESPCI Paris
      • Suppléant : Léopold MOENECLAEY – MINES ParisTech
    •  Marie-Clémentine QUILLERIET – MINES ParisTech
      •  Suppléante : Jeanne LEFEVERE – ENS
  • Liste « Ensemble pour l’excellence de PSL » : 6 voix
    • Arnaud JEGOU – Dauphine
      • Suppléant : Jean-Hubert GRASSET – ENS

Si la place des élu.e.s dans le CA de PSL reste minoritaire et dominé par le poids des représentant•e•s des établissements et leurs soutiens au sein des personnalités qualifiées (voir l’article dédié) on ne peut concevoir les résultats de cette élection autrement que comme une victoire. Cette dernière confirme que le positionnement que nous avons exprimé dans notre profession de foi à propos de cette instance, représentative des dérives néolibérales appliquées à l’enseignement supérieur, est partagé par un grand nombre d’électrices et d’électeurs. Nous espérions au moins un poste pour avoir accès aux informations et aux débats qui émanent et ont lieu au sein de cette instance qui peut apparaître lointaine à beaucoup. Il nous faut assurément revoir notre ambition à la hausse et chercher à peser de tout notre poids sur le destin de cet établissement et des établissements membres pour défendre un enseignement supérieur public et de qualité accessible à tou•te•s.

Il est tout à fait remarquable que la grande majorité des élu•e•s au CA sont critiques, à des degrés différents, du modèle PSL. Ainsi, même si le CA est structurellement désavantageux aux élu·e·s, il est fort probable que nous puissions travailler ensemble comme l’illustre l’élection des personnalités qualifiées (voir l’article dédié).

Ce travail ne se fera pas sans vous !

Nous nous efforcerons, comme nous l’avons indiqué dans notre profession de foi, d’être le plus représentatif possible des agent·e·s et salarié·e·s de PSL et de ses établissements. Pour cela, aussi régulièrement que possible, nous organiserons des réunions publiques pour informer des activités et des décisions du CA, de nos combats en son sein, et nous l’espérons de nos victoires, et ainsi vous informer et vous faire participer à la défense d’un service public de l’ESR de qualité. Ces réunions seront aussi l’occasion pour vous de nous faire remonter vos problèmes, vos avis, et vos revendications. En dehors de ces réunions, il ne faut surtout pas hésiter à nous contacter directement à cette adresse mail : contact@democratie-au-coeur-de-psl.fr.

CA du 06/02: élection des personnalités qualifiées

Le conseil d’administration de l’université PSL est composé de 3 collèges. Le collège 1 est constitué de 14 représentant.e.s des établissements et du ou de la présidente. Le collège 2 est constitué de 15 élu•e•s des personnels et des étudiant.es. Le collège 3 est constitué 8 personnalités qualifiées.

Le 6 février dernier, les personnalités qualifiées ont été élues lors de la réunion des 14 représentant.e.s des établissements et de 14 (sur 15) élu.e.s.

  • 2 personnalités qualifiées pour représenter la région et la ville,
  • 6 personnalités qualifiées pour représenter les secteurs associatif, artistique et économique.

Il fallait en outre que la parité soit respectée et qu’il y ait 4 femmes et 4 hommes.

L’enjeu

Les élu•e•s constituent a priori un électorat qui a le même poids que celui des représentant•e•s des établissements. Mais cet équilibre est très sérieusement mis en cause par la présence de personnalités qualifiées qui, comme l’expérience le montre, votent généralement comme le directoire.
Ainsi, que les élu•e•s puissent proposer des noms de personnalités qui auront peut-être un point de vue critique sur les décisions qui seront prises en CA est un enjeu important.

Pour les collectivités territoriales

Deux noms étaient proposés par les collectivités territoriales pour les représenter : il s’agit de Faten Hidri pour la région Île-de-France et de Marie-Christine Lemardeley pour la ville de Paris. À noter que Madame Lemardeley est accessoirement présidente du CA de l’ESPCI, un des établissements composant PSL.

Il y avait 28 votant.es : 22 pour, 5 abstentions, 1 blanc.

Au vu de l’enjeu décrit plus haut, nous nous sommes abstenu•e•s sur ces deux noms puisqu’il y a peu de chances que ces deux personnalités aient une opinion bien différente de celle du directoire. Leur quasi-nomination (alors qu’elles ont une voix dans les votes) nous semblent constituer un problème démocratique. En revanche, nous avons décidé de ne pas voter contre car notre point de vue n’était pas partagé avec les autres élu•e•s et que notre unanimité pour le vote des 6 autres personnalités était une force que nous ne voulions pas hypothéquer.

Pour les 6 autres personnalités

Une liste de 6 noms était proposée au vote.

  • Jean-Luc Beylat, pour le secteur économique,
  • Anastasia Iline, pour le secteur des finances publiques / Campus France,
  • Philippe Mayol, pour le secteur associatif et philanthropique,
  • Ronan Stephan, pour le secteur économique,
  • Jean-Philippe Thiellay, du conseil d’état,
  • Sandrine Treiner, pour le secteur culture média.

L’élection des personnalités qualifiées à la majorité des 2/3 permet a priori à 10 élu.e.s et/ou représentant.e.s des établissements-composantes de constituer une minorité de blocage. Sans que ce blocage ne fasse consensus entre élu.e.s, nous nous sommes collectivement mis d’accord sur le fait de demander à pouvoir désigner 3 des 6 personnalités qualifiées qu’il restait à élire, ce que nous avons obtenu. Après discussion et négociation entre l’ensemble des élu.e.s, nous avons proposé les noms de P. Mayol, J-P. Thiellay et S. Treiner. Certaine valeurs — écologiques, solidaires et féministes notamment — se retrouve ainsi représentées dans un CA largement dominé par des Hauts fonctionnaires et des chefs d’entreprise.

La négociation ayant eu lieu en amont du vote définitif, le moment du vote proprement dit n’était finalement qu’une formalité. Cela explique l’unanimisme apparent qui ressort des résultats. Il y avait 28 votant•e•s et les résultats sont les suivants :

  • Beylat, Mayol, Stephan et Thiellay : 28 pour
  • Iline : 27 pour, 1 blanc,
  • Trainer : 27 pour, 1 contre, 1 blanc.

Il est certain que sans un travail intense des élu•e•s pour trouver en moins de deux semaines des personnalités susceptibles d’être intéressées par cette tâche et sans une bonne dose de solidarité entre nous, nous n’aurions pas pu espérer désigner 3 personnalités sur 6.

Si cela est moins flagrant, on peut aussi considérer cela comme une petite victoire. Bien sûr, il nous a fallu accepter les trois noms du collège 1, mais il nous a semblé important d’arriver à imposer trois personnes pas forcément sur la même ligne que le directoire. C’est dans ce sens que nous avons accepté de participer à cette négociation.

Lancement du site des listes « Démocratie et intérêt général au cœur de PSL »

Ce site doit permettre à la communauté de l’université PSL de suivre l’action des élues des listes « Démocratie et intérêt général au cœur de PSL ».

Nous rappelons ci-dessous ce sur quoi nous nous sommes engagé.es.

Profession de foi

Après avoir fonctionné plusieurs années en tant que ComUe, PSL est désormais un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel expérimental qui rassemble onze établissements, travaille avec trois organismes de recherche, et rassemble environ 17 000 étudiant·es. En tant qu’établissement expérimental, PSL peut largement déroger aux dispositions du code de l’éducation. De ce fait, et au nom de l’ « excellence internationale », PSL menace l’accès à l’enseignement supérieur, l’indépendance académique et les statuts des personnels. Depuis le vote des statuts, les pouvoirs de décision concernant nos diplômes, nos conditions de travail et d’emploi sont concentrés dans les mains de la direction de PSL. C’est en effet au sein de cette nouvelle technostructure que vont se décider les politiques de formation et de recherche de chacun des établissements membres, mais aussi la stratégie en matière de ressources humaines ou encore la gestion du parc immobilier. La naissance de PSL participe des politiques menées dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) depuis maintenant une vingtaine d’années. Elles consistent à transformer le système de l’ESR français suivant une vision
néolibérale du monde, pour toujours plus d' » excellence « , formidable outil pour accentuer encore les inégalités dans l’ESR.

Ces transformations ne sont ni inévitables ni indispensables. Le fonctionnement actuel de PSL est un danger pour l’ensemble des membres du personnel, pour au moins trois raisons :

  • La répartition du pouvoir est clairement antidémocratique,contourne les instances collégiales universitaires bâties à l’échelle des établissements et laisse planer la menace d’un autoritarisme administratif rarement vu jusqu’ici. Le président de PSL est un « hyperprésident » qui pourra notamment assister aux conseils d’administration des établissements membres, et pourra censurer leur budget.
  • Les conditions de travail et d’emploi des agent·es sont profondément menacées par la volonté de mutualisation des fonctions et des activités et la multiplication des statuts contractuels au détriment des postes de fonctionnaires.
  • L’autonomie scientifique des enseignant·es chercheur·es est entamée : perte de contrôle sur le contenu des formations (puisque c’est désormais PSL qui définit la stratégie de l’offre de formation, et pourrait également vouloir supprimer des formations vues comme doublons), mais aussi sur le recrutement des pairs (puisque le CA de PSL peut être saisi afin de s’opposer à un recrutement).

L’an dernier, la tentative de mise en place de la licence BNP dite  » positive impact  » a bien illustré les objectifs et les méthodes autoritaires de PSL. Sa création a été annoncée par la BNP Paribas et PSL en décembre 2018, bien avant qu’elle n’ait fait l’objet de discussions au sein des instances de PSL et des établissements. Cette licence illustre ensuite le modèle de fonctionnement promu au sein de PSL, qui repose largement sur des financements privés, quitte à demander aux enseignant·es-chercheur·es de ne pas porter atteinte à l’image de ces mécènes… qui pourtant en tirent une image vertueuse et de futur·es cadres à peu de frais (puisque leur investissement est largement défiscalisé) !

Nous devons être présent·es et vigilant·es à tous les étages de cette machinerie. C’est pour cela que nous nous présentons à l’élection au conseil d’administration. Si vous nous faites confiance, nous veillerons à :

  • promouvoir un service public de l’enseignement supérieur gratuit et accessible au plus grand nombre,
  • maintenir des formations et des recherches indépendantes du new public management comme des financements privés,
  • défendre les statuts d’emploi et les conditions de travail des agent·es, personnels administratifs et enseignant·es-chercheur·es.

En outre, pour lutter contre la dépossession démocratique de nos établissements et de PSL, nous nous engageons à nous concerter avec vous le plus régulièrement possible via des AG des personnels, afin de représenter au mieux les agent·es et salarié·es de PSL et de ses établissements.